Le Mimosa partie 5 📚The Mimosa part 5 📚

Publié le par Helena

Me revoici avec un cinquième extrait de mon livre : Le Mimosa, rien que pour vous et exclusivement partagé en versions française et anglaise📚

Here I am again with a fifth extract from my book: The Mimosa, just for you and exclusively shared in French and English versions📚

Entre temps,Aida était déjà arrivée au puit,elle avait rencontré d'autres filles de son âge qui revenaient de l'école ,des femmes voilées d'un sefsari* blanc qui allaient au souk* du jeudi, des fermiers qui emportaient leur bêtes à vendre au marché ...
Alors qu'elle tirait péniblement la corde suspendue au puit,elle entendit la voix d'un jeune garçon l 'interpeller:
-”Tu veux de l 'aide?”
Sans attendre sa réponse, il attrapa la corde et tira avec aisance le sceau d'eau ,puis fit de même pour le deuxième.
Il devait avoir seize ans, il avait un visage fin, le teint basané, des yeux en amandes et un sourire qui révélait de belles dents blanches,le tout entouré de cheveux marrons éclaircis par le soleil.

 

Tout en contemplant le jeune homme, Aida n'avait rien dit, pas un seul mot n'était sorti de sa bouche.Elle attrapa les deux sceaux et lui tourna du dos en direction de sa maison.mais le garçon l'interpella:
-”Moi je m appelle Mehdi et toi?!”
Elle s'en voulut de ne pas même l'avoir remercié alors elle retourna son regard vers le sien , fut presque éblouie par les beaux yeux brillants qui la dévisageaient et lui répondit :
-”Merci Mehdi!Moi c'est Aida..aurevoir!”
Elle avait rougi en reprenant son chemin mais en son fort intérieur cette rencontre lui avait procuré un certain enivrement,elle avait aprécié la galanterie de Mehdi, ainsi que sa force et sa gentillesse.

Sur le chemin de retour, ses sceaux paraîssaient plus légers,elle ne sentait même plus les cailloux sous ses sandales usées,ni même le soleil lui brûler le visage ,tout ce qu'elle avait en mémoire était cette belle rencontre avec ce jeune garçon à la fois si prévenant et si gentil.

 

Arrivée à la maison , elle alla remplir la gargoulette* d'argile puis se dépêcha d'aller aider sa mère et sa soeur qu'elle trouva bizarrement plus silencieuses qu'avant.
Alors seulement elle se rappela de la discussion qu'avaient eu ses parents la veille à propos de la demande de mariage pour sa soeur et elle comprit que sans doute la maman l'avait appris à Olfa.Mais elle se tût,prit son petit frère Rafik par la main et l 'emmena au jardin où elle avait l 'habitude de jouer avec lui  ,le poussant doucement dans la petite balançoire à l'ombre d'un grand figuier.

Traductions du vocabulaire tunisien :
Le Sefsari : est un tissu qui enveloppe le corps féminin de la tête à la cheville et est la norme dans la société tunisienne d'avant l'indépendance dans de nombreux cercles. C'était un signe de pudeur et servait à cacher les formes féminines des regards méprisants et curieux des hommes.
Un souk: est, dans le monde arabo-berbère, un marché forain éphémère, généralement hebdomadaire. C’est aussi un lieu de transactions commerciales. Il est presque toujours en plein air ; seuls certains souks des médinas sont parfois couverts. 
La gargoulette: Il s'agit d'une cruche poreuse qui permet par évaporation de rafraîchir l'eau ou, plus rarement, le vin léger qu'elle contient. C'est pourquoi elle est parfois placée en plein soleil, souvent à l'extérieur en un lieu chaud. 

In the meantime, Aida had already arrived at the well, she had met other girls her age returning from school, women veiled with a white safsari * who went to the souk * on Thursday, farmers who took their animals to sell at the market ...
As she painfully pulled the rope hanging from the well, she heard the voice of a young boy calling out to her:
-"Do you want help?"
Without waiting for her answer, he grabbed the rope and easily pulled out the water seal, then did the same for the second.
He must have been sixteen, he had a thin face, swarthy complexion, almond-shaped eyes and a smile that revealed beautiful white teeth, all surrounded by sun-lightened brown hair.

While gazing at the young man, Aida said nothing, not a single word came out of her mouth, she grabbed the two seals and turned her back to him in the direction of her house, but the boy called out to her:
- ”My name is Mehdi and you ?!”
She blamed herself for not even thanking him so she returned her gaze to his, was almost dazzled by the beautiful shining eyes that were staring at her and replied:
- "Thank you Mehdi! I m  Aida .. goodbye!"
She had blushed as she resumed her journey but inside her this meeting had given her a certain intoxication, she had appreciated Mehdi's gallantry, as well as his strength and kindness.

 

On the way back, her seals seemed lighter, she no longer even felt the pebbles under her worn sandals, nor even the sun scorching her face, all she remembered was this beautiful meeting with this young boy in so considerate and so kind at the same time.

When she got home, she went to fill the jug * with clay and then hurried to go and help her mother and her sister, whom she found strangely quieter than before.
Only then did she remember the discussion her parents had had the day before about the marriage proposal for her sister and she understood that the mother had no doubt told Olfa about it. Rafik by the hand and took her to the garden where she used to play with him, gently pushing him into the little swing in the shade of a large fig tree.

Translations of Tunisian vocabulary:
Sefsari: is a fabric that envelops the female body from head to ankle and is the norm in Tunisian society before independence in many circles. It was a sign of modesty and served to hide female forms from the contemptuous and curious looks of men.
A souk: is, in the Arab-Berber world, an ephemeral fairground market, generally weekly. It is also a place of commercial transactions. He is almost always in the open air; only certain souks in the medinas are sometimes covered.
The jug: This is a porous jug which allows by evaporation to refresh the water or, more rarely, the light wine it contains. This is why it is sometimes placed in full sun, often outdoors in a warm place.

Je tenais a remercier tous ceux qui viennent me lire avec le meme enthousiame ainsi que pour tous vos commentaires qui me font si chaud au coeur.❤
Prenez bien soin de vous.🙏
Amicalement😍
I wanted to thank all those who come to read me with the same enthusiasm as well as for all your comments which make me so heartwarming.❤
Take good care of yourself.🙏
Kindly😍
Helena🌺

 

empty quarter desert fire GIF by Head Like an Orange

 

L'homme qui ne respecte pas une femme dans la vie de tous les jours, et plus encore dans les moments importants de sa vie, ne mérite pas sa douceur et son attention... "
"The man who does not respect a woman in everyday life, and even more so in the important moments of her life, does not deserve her gentleness and attention"

Helena Ben Othman

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Coucou,
Quel plaisir de découvrir la suite.
La flèche de capidon va semer l'amour. Reste à voir ce que son père va en penser...
Pense à corriger "enivrement " (et non énivrement).
Autre point : pour que cela soit plus agréable à la lecture, il faut mettre un espace après une virgule.
Par contre, il n'y a pas d'espace avant une virgule.
J'espère que ça t'aidera pour ta relecture.
Curieuse de connaître la suite.
Gros bisous et bon week-end
Répondre
H
Merci infiniment d etre venue me lire et de venir corriger!
Gros bisous ma belle!
B
Coucou Helena,
Quel plaisir de lire les extraits de ton nouveau livre! Merci infiniment à toi en espérant que tu vas bien.
Je t'embrasse fort,
Valérie
Répondre
H
Merci infiniment de venir me lire!
Gros bisous ma Valerie!
T
Coucou ma belle, pas bien suivi mais c'est ton deuxième roman ? Toujours d'une histoire vraie ? Gros bisous
Répondre
H
Coucou ma belle,
Cette fois une histoire fictive mais que la plupart des femmes maghrébiness y reconnaissent, l'histoire se retrouve dans les campagnes tunisiennes(rif) dans les années 60-70-80, l'héroïne s'appelle Aida. .Si tuveux la decouvrir au debut, retrouve la première partie
Gros bisous!